• Igue DELPECH 2006

     

    Igue DELPECH 2016

    Entrée igue ; forage ; perte

    Commune de: Gignac, LOT 46

    Coordonnées : 1° 29’ 23,7’’ E ; 45° 00’ 08,5’’ N

    Altitude : 285m

    Type de sol : Calcaire J2c Bathonien.  

     

    Igue DELPECH 2006

     

     # Historique:

    (Extrait du Bull. du CDS Lot n° 8 – 1986 - p. 9) Voir aussi le Bull. CDS LOT n° 9 p. 95.

              Au cours de l'été 1985, M. DELPECH, entrepreneur, nous prévient qu'après des travaux de désobstruction, il avait découvert une cavité. Le lendemain, nous descendions avec lui dans l'igue. Plusieurs ressauts verticaux nous amenèrent dans le fond d'une diaclase (-30 m) où l'on pouvait observer les traces évidentes de passage d'eau. Nous demandions à M. DELPECH de surveiller la cavité pour situer plus exactement le point d'enfouissement.

     Cela fut fait, et au printemps 86 il commençait la désobstruction. Le 22 août 86, il débouchait enfin 3 m plus bas dans une galerie horizontale qui, après 100 m de progression facile (hauteur : 2 m; largeur : 1 m), se terminait par un siphon. Et à notre grande surprise (et indicible horreur !), ce siphon avait l'aspect, l'odeur et le goût du gas-oil... et c'est du mazout. Une bonne couche de mazout (1500 litres), échappé accidentellement d'une cuve, deux ans auparavant. Huit jours plus tard, nous tentions le pompage du siphon (et du mazout) sans aboutir à la suite du réseau à cause d'ennuis techniques.

     Cette cavité se trouve dans la zone d'alimentation des sources du Boulet-Blagour. Elle se développe actuellement sur plus de 100 m pour 40 m de dénivelée. Nous attendons maintenant la prochaine période d'étiage pour tenter à nouveau un pompage du siphon.

    Développement donné pour 1200 m en 2003 (SpéléOc n° 101 – 2004 p. 11) 

    S.C. SOUILLAC

     

    # 22 Juillet 2006 : ARIAS Jean-Romain, COUDERC Jean-Luc, DELPECH Georges, DELPECH Thomas, HARIELLE Bruno, HAUCHECORNE David.

     

            Après un repérage des lieux et un sondage du siphon, c’est décidé, nous allons monter une exploration. Le fort pendage de l’entrée du siphon laisse penser qu’il est de courte distance vis-à-vis des 5 autres qui présentent un léger pendage et une faible profondeur.

           Rendez-vous à 14 heure chez Georges à Gignac (46). Le temps est au beau fixe ce qui nous conforte quant à la sécurité de l’expédition. En effet il faut désamorcer le siphon 1 avant de le franchir. Ensuite, nous pouvons nous diriger soit vers l’aval, soit vers l’amont principal (galerie des silex) voir topo.

          Une fois les kits remplis et répartis équitablement, nous entamons la descente du P40 d’entrée. Nous parcourons les 500m jusqu’au siphon amont sans oublier le passage incontournable dans les 1m de boue liquide du siphon 1, attention aux bottes !!!

            Première étape déballer, vérifier et gréer le matériel. Ensuite je me change et me prépare à partir, teste des Apex ok. Premier essai avec le bi sur le dos, ça ne passe pas. Qu’à cela ne tienne, je décapelle et pars en marche arrière tirant les blocs. J’arrive dans un passage plus large dont le sol est couvert d’argile, un caillou, j’accroche le fil et pose un delta je suis à -3.5m. Avec une visibilité zéro, je cherche la suite en m’aidant de mes pieds. Ca y est un passage remontant sur ma gauche s’ouvre, cette fois ce sont le sol et les parois qui sont couverts avec des dépôts argileux. En un instant le noir complet, non, non, mes lampes ne sont pas éteintes, mais l’eau est devenue tellement sombre que mes deux PC lite pourtant puissantes n’arrivent plus à percer l’obscurité ! Je parcours rapidement 5 à 8m avant d’arriver dans une cloche, fort heureusement au bon moment car un de mes détendeurs se met à fuser ! Rapidement je pince le flexible, puis ferme la bouteille. J’ai parcouru 16m dans le S1A (amont) mais l’heure et au teste de l’air avec un briquet, pas de signe de CO2. Maintenant, je passe à l’autopsie. Le deuxième étage pourtant autour de mon cou s’est rempli d’argile. Nettoyage et réouverture de la bouteille géniale tout fonctionne. Maintenant, je me prépare pour le S2A (amont). Cette partie est longiligne et ne présente que -1m de profondeur pour 50cm de hauteur et 1.2m de large. J’arrive à la sortie du S2A (15m) teste de l’air parfait, je suis dans 30cm d’air et 20 d’eau.

          La poursuite de l’exploration post siphon est impossible, car un plancher d’agglomérats calcifiés, voir même soudés, ne laisse que 15cm de passage en hauteur sur 50cm de long. Par ailleurs la galerie continue sur au moins 10m avec une section 1.2 x 2m. J’amarre le fil et retourne chercher des outils auprès des membres de l’équipe. Au retour zéro visibilité, je sors et explique les conditions et le travail à fournir. Georges part au forage appeler sa femme pour qu’elle nous envoie un marteau têtu, par malchance c’est une massette qui arrivera (merci Susanne). Je repars, je n’y vois rien, d’ailleurs en y repensant je crois que j’avais les yeux fermés. Je m’installe pour travailler, pose bouteilles et casque en sécurité. Après 20 min et un passage sur expiration, je suis de l’autre côté.

          Maintenant, que du bonheur, de la galerie, du bois fossilisé, un paysage vierge et tout neuf. Après 100m (60m en réalité topo), j’arrive à la fin de la section 4 x 4m sur un rabaissement du plafond et encore cet agglomérat dur comme du béton qui me barre le passage. Malgré 15 min à essayer de creuser, rien n’y fait, il faut un burin, du temps et de la sueur! Péniblement, je renonce mais quand même il y a de la grosse section juste après !!!

         Le retour se déroule sans encombre, une fois sortis, je retrouve tout le monde frigorifié et les pupilles dilatées, “Alors ! Alors !” Alors ce n’est pas pour aujourd’hui, mais il y a du potentiel. Nous ressortons, Susanne fait la photo de famille devenue depuis habituelle et nous nous lavons des restes du S1, puis nous nous changeons.

          L’hospitalité étant une des qualités de la famille DELPECH, un “petit” casse-croûte arrosé nous attend ceci permettant de terminer la soirée et l’explo comme dans les bandes dessinées d’Astérix.

          Evidement les sujets de conversation étant axés sur la pointe et la spéléo de notre belle région.

     

          Encore mille mercis pour la participation de chacun et à la prochaine fois.

     

    Igue DELPECH 2006

    De gauche à droite : DELPECH Georges, DELPECH Thomas, ARIAS Jean-Romain,

    COUDERC Jean-Luc, HAUCHECORNE David, HARIELLE Bruno

    Photo Suzanne DELPECH.

    Igue DELPECH 2006

     

    # 25 Juillet 2006 : DELPECH Georges

          Portage au siphon amont d’une pompe et mise en place de la ligne électrique depuis le forage. Le niveau du siphon baisse rapidement et après 25 min Georges passe, il s’arrête à la sortie du S2A. Selon ses dires “la première ça se partage” et c’est pour demain !

     

    # 26 Juillet 2006 : COUDERC Jean-Luc, DELPECH Georges, DELPECH Thomas, HARIELLE Bruno, PALUE Gilles, O’YL Wilford

         Et nous voici réunis pour de nouvelles aventures ! Direction les siphons amonts, une fois arrivés nous mettons en marche la pompe. Après ¼ d’heure le passage est dégagé de l’élément liquide.

        En tant que guide, je fais visiter mon modeste chez moi !!! Nous sommes au terminus de l’explo précédente, l’équipe se scinde en deux Jean-Luc, Bruno, Gilles et Willy font la topo et des photos ; Georges et moi cassons le plancher d’aggloméra après deux relais et 45 min d’écoulées nous passons.

         Alors là, la meute est lancée, de la première. Après 1h30 et 450 à 500m de découverts arrêt sur une trémie et un puits en regard sur un étage inférieur actif. Le moral est au beau fixe pour l’équipe et bien sûr pour fêter cela un petit repas à la sortie.

     

    Igue DELPECH 2006

    Galerie à la sortie du siphon.

    Igue DELPECH 2006

    La topo en action.

    Igue DELPECH 2006

    De gauche à droite : DELPECH Georges, DELPECH Thomas, COUDERC Jean-Luc, 

    HARIELLE Bruno, PALUET Gilles, Suzanne.

     Igue DELPECH 2006

    Perte donnant sur la galerie découverte.

    Photos Wilford O'YL.

     

    # 02 Septembre 2006 : La grande équipe. Avec des membres du SC Souillac + SC Périgueux + SC Brive.

            Nous partons afin de poursuivre l’exploration du réseau amont et faire la topographie. Il sera exploré, le puits donnant sur le réseau inférieur. Celui-ci devient trop petit au bout de 20m à cause de gours venant lécher le plafond du laminoir. Une communication avec l’extérieure sera effectué dans la trémie terminale via des coups de massettes.

             Suite à cette campagne d’exploration Georges et Suzanne inviteront toute la troupe pour un banquet avec pizzas maison cuites au fournil !! Humm un régal.

     

    DELPECH Thomas.

    Igue DELPECH 2006